Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Story

Par Clara Atallah

L’environnement dans lequel nous évoluons exerce une grande influence sur notre évolution personnelle. Pour Xavier de Benazé, SJ, délégué Laudato Si’ pour la province Europe occidentale francophone (EOF), son contact avec deux écosystèmes a profondément influencé sa personne et son engagement pour la justice et l’écologie.  

Entre deux mondes

À une époque où beaucoup se sentent déconnectés de leurs racines et de la terre, Xavier évolue et trouve son ancrage dans deux mondes différents.  

Le premier est le petit village familial situé à l’ouest de la France. Jusqu’à ses 23 ans, il y séjournait 2 mois chaque été. C’est d’ailleurs dans ce cadre rural imprégné de traditions familiales qu’il a découvert son amour pour la terre et le vivant. Cet amour l’a orienté par la suite vers des études d’ingénieur agronome. 

Le deuxième est la ville portuaire de Marseille dans laquelle il a grandi. Sa diversité humaine et sa proximité avec la mer lui ont offert une ouverture sur d’autres cultures et traditions religieuses, ainsi que l’envie d’aller au large et d’explorer des horizons plus lointains. 

Spiritualité et engagement 

Ses parents avaient été en contact avec la spiritualité ignatienne lors de leurs études dans une université jésuite. 

« Leurs rapports entre l’Église, le monde, la science et la foi étaient en grande partie influencés par ce côté très ouvert de la spiritualité ignatienne et ils nous ont transmis ça », confie-t-il. À travers ses mots, on entend l’écho d’une spiritualité concrète qui englobe la Terre et tous ses habitants dans une profonde dignité et un amour sacré.  

À travers ses mots, on entend l’écho d’une spiritualité concrète qui englobe la Terre et tous ses habitants dans une profonde dignité et un amour sacré.  

Sa tante paternelle, qui est également sa marraine et une religieuse de la famille ignatienne, a été pour lui une source d’inspiration. « Ma tante a été pour moi vraiment la personne avec qui j’ai parlé pendant toute ma vie de questions religieuses, avec qui j’ai partagé mes questions d’adolescent et d’enfant. » 

 Il a vu en elle une femme heureuse dans sa vocation religieuse, et qui rendait les gens heureux. Elle travaillait dans les banlieues défavorisées au nord de Paris, où elle côtoyait de nombreux immigrants et musulmans. « Les jeunes de mon âge avec qui je jouais quand j’allais lui rendre visite me disaient : “Ah, c’est ta marraine, t’as de la chance !” »  

Le dilemme du choix de vie 

Dans notre monde actuel, nous devons faire une multitude de choix au quotidien, mais aussi prendre de grandes décisions. En grandissant Xavier avait déjà envisagé la vie religieuse; à l’âge adulte il s’est retrouvé à la croisée des chemins quant à son choix de vie. Devait-il se marier et fonder une famille ou était-il appelé à s’engager d’une manière différente, mais tout aussi profonde ? Ce choix était loin d’être facile.  

Il choisit alors de se marier et de mener en parallèle une carrière dans le développement durable, un domaine qui lui permettrait d’agir concrètement pour la justice sociale et environnementale. Toutefois, au début de sa carrière, lors d’un pèlerinage à Assise, il a senti que Dieu lui reposait la même question. 

« Je pense que cinq minutes auparavant, si n’importe qui m’avait demandé : “Alors, qu’est-ce que tu vas faire ?”, j’aurais dit : “Je vais me marier, bosser sur les questions de développement”. Là, je ne me disais pas “je me suis trompé”… mais je n’arrivais pas à répondre à Dieu. » 

Après 24 heures de silence mouvementé intérieurement, il reprend contact et demande de l’aide à son aumônier universitaire jésuite. Au fond, il ne s’agissait pas seulement de résoudre un manque de vocation, mais surtout d’aligner intérieurement une intuition profonde et authentique (la vie religieuse) avec un désir de justice et de réconciliation. Il savait qu’il avait la liberté de simplement essayer le noviciat et de voir comment il s’y sentait, comment cela résonnait avec son âme. 

La béatitude évangélique « heureux les affamés et assoiffés de justice, le royaume des cieux est à eux » l’amène à choisir la spiritualité ignatienne. S’étant toujours senti appelé en tant que chrétien à s’engager en faveur de plus de justice et de moins d’inégalités nord-sud, il entre alors au noviciat jésuite. 

Écologie  

La question de l’environnement a rapidement pris une place centrale dans sa vie, entrelacée avec ses préoccupations pour l’égalité et la justice sociale. Dès ses premiers jours dans sa nouvelle voie spirituelle, il découvre de nombreuses ressources qui lient la spiritualité à l’écologie. Pendant qu’il suit sa formation, le pape François publie Laudato Si », une lettre ouverte sur la protection de notre planète. Plus tard, Xavier est envoyé pour initier un projet axé sur l’écologie durable et la solidarité. Cette mission l’amène à travailler dans un environnement diversifié et non religieux au Campus de la Transition.  Signe de l’importance croissante de cette question, en 2019, les jésuites du monde entier font du « soin de notre maison commune » l’une de leurs principales orientations. Xavier est alors nommé pour coordonner ces efforts en France et en Belgique francophone, ce qui témoigne de l’importance croissante de cette question. 

La question de l’environnement a rapidement pris une place centrale dans sa vie, entrelacée avec ses préoccupations pour l’égalité et la justice sociale. 

Aujourd’hui, il reconnaît que son parcours a été riche en surprises. « Ma relecture d’un point de vue spirituel, c’est que sur ce sujet-là, l’Esprit-Saint a toujours une longueur d’avance. » Malgré tous les plans ou les attentes que l’on peut avoir, la vie a souvent une manière surprenante de nous guider vers des expériences et des occasions que nous n’aurions jamais pu anticiper. 

Dans sa province jésuite, des mesures concrètes sont alors prises, comme l’évaluation de l’empreinte carbone et des changements significatifs dans la gestion des bâtiments, la nourriture et les moyens de transport. Un centre spirituel a même été transformé en un lieu dédié à l’écospiritualité chrétienne qui offre des retraites et des programmes axés sur la relation entre spiritualité et environnement. 

Charité bien ordonnée commence par soi-même 

Xavier nous confie : « J’ai grandi en disant : “Le meilleur légume, c’est la viande.” Le changement n’est pas évident. » Il a toutefois réussi, sans adopter un discours idéologique, à faire des changements concrets dans ses habitudes alimentaires. Il est aussi conscient que ce changement est plus difficile pour d’autres. Il fait face parfois à de la résistance passive parce que les gens ne sont pas toujours préoccupés par les questions écologiques. 

Il conclut en nous confiant : « Moi aussi, je passe par ces phases d’espoir et de joie, mais aussi de désespoir et de souffrance. Mais pour moi quand je décide d’aimer, aujourd’hui, c’est déjà vivre de Dieu. Et dans ce cas-là, quand je m’engage aujourd’hui sur les questions écologiques ou sociales, j’aime et quelque chose de Dieu est alors présent. Et même si avec une perspective humaine, on me dit que nous risquons de dépasser les +2 °C et de vivre dans un monde catastrophique à +3 °C ou +4 °C, ma foi chrétienne et mon engagement actuel pour la biodiversité et pour les plus pauvres me font déjà vivre de l’amour de Dieu.  Du coup, ça me suffit, même si humainement, ce n’est pas sûr que ça passe… Cependant aux yeux de Dieu, c’est aimer aujourd’hui et cela me suffit. Moi, je suis content avec ça. » 

Slide

Au Canada, nous assistons souvent, impuissants, à des feux de forêt, des inondations, des tornades… La planète souffre, et les gouvernements sont souvent impuissants.  

Comment puis-je faire une différence, à ma petite échelle ? 

Prenez un temps pour réfléchir à vos habitudes en matière d’alimentation, de consommation, de transport… et réfléchissez à une ou deux choses que vous pouvez changer dans votre quotidien. Pour de l’inspiration, vous pouvez consulter les fiches Ecojesuit. 

Sorry! There is no Team Showcase saved under the ID '38587'. You need to cick the 'Save Showcase' button to actually save it before it can appear on the front end via your shortcode. Please read more about this here

Related Items of Interest

Faire découvrir la spiritualité ignatienne aux jeunes à Rise Up!
Pèlerinage de partenariat : Le voyage des Jésuites du Canada avec les communautés autochtones
Miroir, Miroir, dis-moi si je suis autre chose ?