Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Story

Par Aric Serrano, SJ

Pour connaître une véritable croissance spirituelle, les croyants ont besoin d’un système de soutien spirituel.  

Même si j’espère, en tant que jésuite, avoir accompagné quelques personnes dans leur cheminement de foi, j’ai moi aussi une dette de gratitude envers bien des gens qui me sont venus en aide. Ma tante, sr Teresa, a joué un rôle important dans mon itinéraire spirituel et dans ma vocation. C’est avec elle et grâce à elle que j’ai appris à me connaître et que j’ai compris où Dieu me conduisait. Elle est entrée au Carmel de Lake Elmo (Minnesota) en 1993. La découverte de la vie austère des moniales a joué un rôle déclencheur dans ma formation spirituelle et m’a fait entrevoir ma vocation. Au fil des années, visites et correspondance ont amené ma famille à nouer des liens étroits avec la communauté des carmélites. Les sœurs soutenaient notre famille par la prière et par des dons de nourriture : nous étions 13 enfants et cette aide arrivait à point.  

C’est au secondaire que m’est venue l’idée de devenir religieux. Chaque fois que nous allions visiter notre tante, j’étais fasciné par le sentiment de paix et de stabilité qui émanait des religieuses. J’aspirais à cette paix et je me suis dit : « Je vais devenir carme. » Mais un stage de cinq jours avec un groupe de moines m’a fait comprendre que Dieu ne m’appelait pas à la vie contemplative.   

Chaque fois que nous allions visiter notre tante, j’étais fasciné par le sentiment de paix et de stabilité qui émanait des religieuses. 

Après cette expérience, je me suis rappelé avoir lu des récits sur saint Ignace de Loyola et saint François-Xavier dans un livre de vies de saints pour enfants. Ces histoires avaient éveillé quelque chose en moi. Mais à lépoque, ma famille vivait à Clayton, au Nouveau-Mexique, et il n’y avait aucun jésuite à des dizaines et des dizaines de milles à la ronde. Sr Teresa m’a écrit qu’elle avait un jésuite pour directeur spirituel et m’a mis en contact avec lui. C’est ainsi qu’a débuté mon discernement avec la Compagnie de Jésus.  

Sr Teresa a toujours été une référence spirituelle pour moi, et même une « autorité spirituelle » : quelqu’un vers qui je me tourne spontanément quand j’ai besoin d’un conseil. Elle est l’une des nombreuses femmes avisées et perspicaces qui donnent de la profondeur à ma vocation.  

Sr Teresa a toujours été une référence spirituelle pour moi, et même une « autorité spirituelle » : quelqu’un vers qui je me tourne spontanément quand j’ai besoin d’un conseil.  

Pendant mes premières études à New York, j’ai eu la grâce de rencontrer plusieurs religieuses. J’enseignais la musique aux élèves du primaire à l’école St. John Chrysostom, dans le Bronx, et j’ai fait la connaissance des Sœurs dominicaines de Sparkill. J’ai été touché par leur amour sans réserve pour leurs élèves et pour la collectivité du Bronx. J’ai aussi travaillé avec les Sœurs de la Vie, et j’ai été impressionné par leur amour, leur générosité et leur dévouement à leur mission au service de la vie.  

De même, lorsque j’ai enseigné à l’école secondaire Regis Jesuit High School, j’ai eu l’occasion de rencontrer nombre d’administratrices, d’enseignantes et de mères de famille ; des femmes qui prient, qui travaillent et qui aiment. À mon humble avis, les établissements jésuites ne pourraient fonctionner adéquatement s’il n’y avait pas de femmes pour les diriger et les soutenir.  

Aric Serrano, SJ, se prépare à diriger la musique lors d’une messe dans le Bronx avec deux soeurs dominicaines et des étudiants

Le pape François souligne que les hommes et les femmes ont besoin les uns des autres pour grandir. « L’expérience nous l’enseigne, dit-il : pour bien nous connaître et croître harmonieusement, l’être humain a besoin de la réciprocité entre homme et femme. Lorsqu’elle fait défaut, on en voit les conséquences. Nous sommes faits pour nous écouter et nous aider réciproquement. »  

Dans son allocution à l’audience du 15 avril 2015, François continue : « Nous pouvons dire que sans l’enrichissement réciproque dans cette relation — dans la pensée et dans l’action, dans les attaches familiales et dans le travail, et également dans la foi —, les uns et les autres ne peuvent même pas comprendre pleinement ce que signifient être homme et femme. » 

En fait, l’enrichissement mutuel de l’homme et de la femme leur permet de s’épanouir. Cet épanouissement fait connaître l’amour de Dieu, comme en témoigne l’histoire de la Compagnie de Jésus. Dans son ministère, saint Ignace avait de nombreuses correspondantes. Les femmes ont largement contribué à la fondation de collèges et d’œuvres de bienfaisance jésuites 

Tout au long de l’histoire de l’Église, des femmes ont exercé une autorité spirituelle. Sainte Marie-Madeleine a été la première personne à voir le Christ ressuscité et à annoncer la résurrection aux disciples. Les lettres de sainte Hildegarde de Bingen ont eu une énorme influence sur le réseau de correspondants qui lui demandaient conseil. Dorothy Day a joué un rôle décisif dans la sensibilisation à la condition ouvrière. Et on ne compte pas les femmes exemplaires dans l’histoire de l’Église : dans la vie religieuse, mais aussi dans le célibat et le mariage. Nombre d’entre elles ont mené des vies discrètes tout en exerçant une profonde influence sur les personnes de leur entourage.  

Saint Ignace écrit que l’amour s’exprime dans les gestes plus que dans les paroles. Le travail des femmes, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Église catholique, manifeste l’intensité de leur amour. Les jésuites subissent l’influence spirituelle des femmes qu’ils rencontrent ; les nombreuses croyantes que nous croisons nous inspirent et nous orientent. Elles sont pour nous des modèles par la façon dont elles suivent l’exemple de Jésus et incarnent son amour et son abnégation. Comme la Vierge Marie, elles entendent la parole de Dieu et la mettent en œuvre en aménageant dans leur cœur un espace pour Jésus ; elles l’accueillent gratuitement, sans rien demander en retour.  

Le travail des femmes, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Église catholique, manifeste l’intensité de leur amour.  

Leur témoignage de foi m’incite à suivre Jésus de plus près et fait que mes rencontres s’orientent vers Dieu. Sans les conseils et les exemples de toutes les femmes de foi que j’ai rencontrées jusqu’ici, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. 

Abonnez-vous pour recevoir nos plus récents contenus.

Sorry! There is no Team Showcase saved under the ID '38587'. You need to cick the 'Save Showcase' button to actually save it before it can appear on the front end via your shortcode. Please read more about this here

Related Items of Interest

En réponse à la Lettre ouverte des employé-es mis-es à pied du Centre justice et foi
En réponse à la Lettre ouverte des employé-es mis-es à pied du Centre justice et foi
Nous ne pouvons pas rester silencieux !