Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Story

Sr. Priscilla Solomon

L’Église catholique a récemment publié une déclaration répudiant formellement les concepts qui ne reconnaissent pas les droits humains inhérents aux peuples autochtones, y compris la « doctrine de la découverte » juridique et politique. Comme d’autres leaders catholiques autochtones, Sr. Priscilla Solomon, membre ojibwe de la nation Anishinabek et sœur de Saint-Joseph de Sault-Sainte-Marie, a réagi à la déclaration du Vatican avec un mélange de joie et d’inquiétude.

Soeur Solomon a déclaré : « J’ai lu les deux déclarations avec un mélange de joie et d’inquiétude. Bien que je soutienne la déclaration commune et celle de la Conférence des évêques catholiques du Canada, j’ai quelques inquiétudes. » Elle a exprimé sa gratitude pour la reconnaissance par l’Église de la dignité des peuples autochtones et de leur droit à ce qu’elle soit respectée, déclarant : « Je suis reconnaissante que le Vatican, par l’intermédiaire de ses dicastères, se soit exprimé et ait commencé à aborder directement cette question. »

Toutefois, soeur Solomon estime que cette déclaration est une étape vers un dialogue plus approfondi plutôt qu’une déclaration finale ou complète sur la question. Elle a indiqué : « J’aimerais considérer cette déclaration comme une étape vers un dialogue plus approfondi, plutôt que comme une déclaration finale ou complète, parce que je pense qu’elle ne reconnaît pas ou n’aborde pas plusieurs questions. »

Dans sa réponse, soeur Solomon a demandé pourquoi le Vatican n’annulait pas les trois bulles papales responsables de la dépossession des terres, de l’histoire et de la dignité des peuples autochtones. Elle a également demandé si l’Église pouvait interpeller les gouvernements pour qu’ils reconnaissent et se penchent sur les impacts historiques et politiques de ces bulles, en déclarant : « Pourrait-elle [l’Église] faire entendre sa voix auprès des gouvernements, en les interpellant pour qu’ils reconnaissent et se penchent sur les impacts historiques et politiques de ces bulles ont engendrés? »

Toutefois, soeur Solomon estime que cette déclaration est une étape vers un dialogue plus approfondi plutôt qu’une déclaration finale ou complète sur la question.

Bien que la déclaration du Vatican affirme que les documents papaux en question n’ont jamais été considérés comme des expressions de la foi catholique, soeur Solomon a répliqué : « Si cela peut être vrai pour le magistère de l’Église, ce n’est pas ainsi que les peuples autochtones les ont compris ou vécus. Je pense qu’ils ont également été interprétés comme des croyances catholiques par de nombreux catholiques, simplement parce qu’ils n’ont pas été incités à penser autrement. »

Elle s’est également inquiétée des implications de l’expression « certains chercheurs ». Elle pense que ces mots impliquent que ces chercheurs, dont certains sont autochtones, ne sont pas crédibles, en disant : « Je sais qu’il y a de tels chercheurs autochtones, et cette phrase en particulier me donne le sentiment qu’ils sont discrédités, même si ce n’est pas intentionnel. Je suis conscient que ma réaction à l’utilisation des mots « certains chercheurs » est peut-être personnelle et que les auteurs ont peut-être voulu reconnaître dans cette phrase qu’il y a des chercheurs qui ne sont pas d’accord avec eux. »

Le pape François rencontre Jose Gregorio Diaz Mirabal, membre de la communauté indigène Curripaco, lors d’une session du Synode des évêques pour l’Amazonie au Vatican le 8 octobre 2019. (CNS photo/Vatican Media) Voir SYNOD-ENVIRONNEMENT-INCULTURATION et SYNOD-MINISTRIES-FEMMES 8 octobre 2019.

« Je suis particulièrement reconnaissante de la force du message contenu dans le paragraphe 7 de la déclaration.  J’espère que l’engagement en faveur du respect de chaque être humain permettra à l’Église catholique de dialoguer avec les catholiques autochtones, qu’ils fréquentent l’église ou non, qu’ils soient catholiques ou non. Je suis également reconnaissante que la déclaration répudie non seulement la doctrine juridique de la découverte, mais aussi tous les « concepts qui ne reconnaissent pas les droits humains inhérents des peuples autochtones… » Cela aidera peut-être l’Église à trouver des moyens concrets de soutenir et d’appliquer les principes de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. »

Soeur Solomon considère que l’annonce d’un symposium universitaire auquel participeront des universitaires autochtones et non autochtones est une bonne nouvelle : « Pour moi, la déclaration de la CECC sur le symposium universitaire proposé auquel participeront des universitaires autochtones et non autochtones est une très bonne nouvelle. J’espère que certains des participants seront des aînés autochtones traditionnels qui ont déjà passé des années à comprendre, à articuler leurs luttes et à essayer d’aborder la doctrine de la découverte. »

« J’espère que l’engagement en faveur du respect de chaque être humain permettra à l’Église catholique de dialoguer avec les catholiques autochtones, qu’ils fréquentent l’église ou non, qu’ils soient catholiques ou non. »

En résumé, soeur Priscilla Solomon considère la déclaration du Vatican comme un pas en avant, mais elle appelle à davantage de dialogue et à un examen plus approfondi des implications de la doctrine de la découverte. Le symposium universitaire à venir offre l’opportunité d’un engagement plus poussé entre les chercheurs autochtones et non autochtones et pourrait potentiellement apporter plus de lumière sur cette question historique complexe et douloureuse.

Sorry! There is no Team Showcase saved under the ID '38587'. You need to cick the 'Save Showcase' button to actually save it before it can appear on the front end via your shortcode. Please read more about this here

Related Items of Interest

En réponse à la Lettre ouverte des employé-es mis-es à pied du Centre justice et foi
En réponse à la Lettre ouverte des employé-es mis-es à pied du Centre justice et foi
Nous ne pouvons pas rester silencieux !