Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Story

18 août 2019 – Aujourd’hui, c’est la fête de saint Albert Hurtado, un prêtre jésuite chilien connu pour son engagement envers la culture chilienne et son travail avec les jeunes et les pauvres. Canonisé le 23 octobre 2005, il est devenu le deuxième saint du Chili, principalement connu pour avoir fondé Hogar de Cristo, des maisons pour les pauvres.

Né au Chili le 22 janvier 1901 dans une famille autrefois aristocrate, le père Hurtado a perdu son père à quatre ans. Sa famille, soudainement appauvrie, vivait avec des proches. Dès son plus jeune âge, il a connu ce que signifiait être pauvre, être sans foyer et être à la merci des autres.

Il a reçu une bourse d’études de l’académie Saint-Ignace, St. Ignatius Academy, une école secondaire jésuite située à Santiago au Chili où il est devenu membre de la Congrégation mariale et a développé un amour de toujours pour les pauvres, passant du temps avec eux dans les bidonvilles chaque dimanche après-midi.

Après avoir obtenu son diplôme de l’académie Saint-Ignace en 1917, le père Hurtado voulait devenir jésuite, mais on lui conseillé de retarder son entrée afin de prendre soin de sa mère et de son frère cadet. Il travaillait l’après-midi et le soir pour les soutenir tout en étudiant le droit à l’université pontificale catholique du Chili. Il a continué à prendre soin des pauvres et leur a rendu visite tous les dimanches. « Il était incapable de voir la douleur, ni même aucun besoin, sans chercher un moyen de la résoudre », a rappelé son directeur spirituel. Après avoir purgé une peine de service militaire obligatoire, le père Hurtado a obtenu son diplôme en août 1923.

Le 14 août 1923, à l’âge de 22 ans, il entre au noviciat jésuite de Chillán au Chili. En 1925, il se rend à Córdoba en Argentine pour étudier les sciences humaines. Il est ensuite envoyé en Espagne en 1927 pour étudier la philosophie et la théologie. En 1931, il se rend en Belgique pour poursuivre ses études de théologie à l’université catholique de Louvain. Il y a été ordonné prêtre le 24 août 1933 et en 1945, il obtient un doctorat en pédagogie et psychologie. Il est retourné au Chili en janvier 1936, où il a été professeur de religion à l’académie Saint-Ignace et professeur de pédagogie à l’université catholique de Santiago. Il dirigeait fréquemment des retraites et offrait une direction spirituelle à de nombreux jeunes hommes, accompagnant plusieurs d’entre eux dans leur discernement d’une vocation sacerdotale et contribuant à la formation de nombreux laïcs chrétiens.

En 1941, il devient l’assistant du Mouvement des jeunes de l’Action catholique, d’abord au sein de l’archidiocèse de Santiago, puis au niveau national. Sous sa direction, les aumôneries se sont développées rapidement, passant de 1 500 étudiants dans 50 centres en 1941 à 12 000 étudiants dans 500 centres en 1944. Ce travail l’a amené à créer une organisation pour un plus petit groupe de jeunes adultes engagés, le Service du Christ-Roi, dont les membres ont consacré un an à vivre les idéaux de l’action catholique.

En 1944, par une nuit froide, un sans-abri a approché le père Hurtado dans la rue. « Un pauvre homme, en manches de chemise, souffrant d’amygdalite et frissonnant de froid, s’est approché de moi en disant qu’il n’avait nulle part où trouver un abri », écrit le père Hurtado sur l’expérience qui a changé sa vie. Quelques jours plus tard, alors qu’il dirigeait une retraite de femmes, il a raconté cette expérience à son auditoire et leur a demandé de tourner leurs pensées vers les pauvres. « Le Christ est sans foyer », a-t-il dit. Il a continué :

Le Christ erre dans nos rues en la personne de tant de pauvres, de malades et de dépossédés souffrant, et de gens jetés de leurs misérables bidonvilles; Le Christ blotti sous les ponts, en la personne de tant d’enfants qui n’ont pas quelqu’un qui appeler leur père, qui sont privés de baiser d’une mère sur le front depuis de nombreuses années… Le Christ est sans foyer! Ne devrions-nous pas lui en donner un, ceux d’entre nous qui ont la joie d’un foyer confortable, beaucoup de bonne nourriture, les moyens d’éduquer et d’assurer l’avenir de nos enfants? « Ce que vous faites pour le moindre de moi, vous le faites pour moi », a déclaré Jésus.

Cela a inspiré les femmes à mettre en commun leurs ressources, ce qui a permis au père Hurtado pour ouvrir les maisons Hogar de Cristo, ou « Maison du Christ », maisons pour les pauvres. La première maison Hogar a ouvert ses portes en 1945 et a rapidement attiré des bénévoles; en quelques années, des maisons similaires se sont répandues à travers le Chili. Les maisons offraient un abri et enseignaient des techniques et des valeurs chrétiennes. Entre 1945 et 1951, Hogar de Cristo a pu aider quelque 850 000 enfants. En plus de son travail avec Hogar, ses retraites et ses contacts avec les jeunes, il a écrit plusieurs livres et fondé le journal Mensaje, un magazine catholique mettant en lumière les enseignements sociaux de l’église, qui est aujourd’hui toujours publié par les jésuites chiliens.

À 50 ans, le père Hurtado a été diagnostiqué d’un cancer du pancréas. Au milieu de son terrible malaise, on l’entendait souvent dire : « Je suis content, Seigneur, je suis content. » Il est décédé le 18 août 1952 à 51 ans. Ses funérailles ayant eu lieu à l’église de Saint-Ignace à Santiago étaient remplies de tant de pauvres qui vénéraient le père Hurtado que beaucoup de ses amis proches devaient rester dehors. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II en 1994 et canonisé par le pape Benoît XVI en 2005. Tout le Chili a célébré l’homme que le président du pays a appelé l’un des « pères fondateurs » du Chili.

Aujourd’hui, l’université jésuite Alberto Hurtado de Santiago est nommée en son honneur, ainsi que le noviciat jésuite de Saint-Paul au Minnesota et de nombreux autres bâtiments et institutions jésuites.

[Sources: The VaticanAmerica Magazine]

Sorry! There is no Team Showcase saved under the ID '38587'. You need to cick the 'Save Showcase' button to actually save it before it can appear on the front end via your shortcode. Please read more about this here

Related Items of Interest

La 71ème Congrégation des Procureurs selon l’expérience du procureur canadien, le P. John Meehan
Le don qui raconte : les Archives des Jésuites au Canada et la réconciliation
Faire jaillir l’espoir de sous les décombres