Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Story

Par Colleen Hutchison

« Si vous éduquez un homme, vous éduquez un individu, dit un proverbe africain, mais si vous éduquez une femme, vous éduquez un pays. » En Inde, deux organisations soutenues par Canadian Jesuits International promeuvent l’égalité entre les sexes et transforment des collectivités en favorisant l’autonomisation de leurs femmes. 

Le Hayden Hall Institute et le Human Life Development and Research Centre (HLDRC) sont au service des personnes les plus vulnérables du district de Darjeeling. Réputé pour ses paysages et ses jardins de thé, le district de Darjeeling, comme plusieurs régions en Inde, a fait des progrès importants en matière de droits des femmes, notamment pour l’instruction, l’éducation citoyenne et les soins de santé.  

Sashi Rai, agent de développement communautaire de Hayden Hall, vérifie la tension artérielle d’une femme âgée à Dabai Pani, Darjeeling, Inde. photo : Hayden Hall.

Mais nombre de femmes – en particulier dans les classes socioéconomiques défavorisées et parmi celles qui travaillent dans la culture du thé – sont toujours victimes de discrimination, de violence sexuelle et d’une faible alphabétisation. Les deux organismes travaillent avec des femmes qui vivent sous le seuil de pauvreté et qui sont employées comme journalières. Elles sont souvent peu scolarisées et dans une situation financière instable. 

Mais nombre de femmes – en particulier dans les classes socioéconomiques défavorisées et parmi celles qui travaillent dans la culture du thé – sont toujours victimes de discrimination, de violence sexuelle et d’une faible alphabétisation.

Julie Rai tisse un sac à Hayden Hall. photo : Hayden Hall

Hayden Hall a pour principe d’aider les femmes à se prendre en main sur le plan économique, car leur autonomie ne pourra que bénéficier à leurs enfants et à leur famille. Conçu selon un modèle de développement communautaire intégré, le programme phare de Hayden Hall est son service de santé maternelle et infantile. Le programme vient en aide aux mères des collectivités marginalisées qui ont des enfants de moins de cinq ans. Il les aide à recourir à des services gouvernementaux comme les soins médicaux gratuits et l’aide aux frais de scolarité. Les femmes apprennent également des pratiques de santé, d’hygiène et de nutrition qui favorisent le développement physique et cognitif de leurs enfants.  

Les travailleuses en développement communautaire jouent un rôle essentiel dans les services de santé de Hayden Hall. Ces 65 intervenantes appuient plus de 2 000 mamans à Darjeeling. Elles tiennent un dispensaire, distribuent de la nourriture, animent des groupes d’entraide, mettent les collectivités en lien avec les services gouvernementaux et assurent des services de santé dans les cliniques de Hayden Hall et à domicile. 

Hayden Hall a également un programme d’aide à la subsistance et au revenu, qui enseigne aux femmes des compétences telles que la couture et le piquage. Après avoir terminé leur formation, plusieurs d’entre elles sont employées par Hayden Hall pour fabriquer des objets artisanaux que l’on vend dans la collectivité. 

« J’ai beaucoup de chance de travailler à Hayden Hall », confie Kanchan, qui a suivi le programme de formation et travaille pour Hayden Hall depuis 21 ans. « J’ai appris bien plus que le tissage et la couture : Hayden Hall m’a enseigné à devenir une meilleure personne. Et je continue d’apprendre tous les jours, avec le groupe de femmes qui est devenu pour moi une famille. » 

Femmes suivant une formation au leadership (pré-COVID-19). photo : HLDRC

Un peu comme Hayden Hall, le HLDRC offre des programmes d’éducation et de préparation à l’emploi, des groupes d’entraide, des formations en matière de défense des droits et plus encore aux femmes qui travaillent dans les jardins de thé de Darjeeling et d’autres régions. Il touche 5 000 personnes et a pour mission de renforcer l’autonomie personnelle et de construire des communautés autosuffisantes grâce à des initiatives de renforcement des capacités, d’aide juridique et de développement social.  

Un peu comme Hayden Hall, le HLDRC offre des programmes d’éducation et de préparation à l’emploi, des groupes d’entraide, des formations en matière de défense des droits et plus encore aux femmes qui travaillent dans les jardins de thé de Darjeeling et d’autres régions.

Le HLDRC travaille main dans la main avec un autre projet soutenu par JCI, le Lok Manch ou « forum populaire ». Il s’agit d’une tribune nationale visant à promouvoir la dignité et le bien-être des personnes marginalisées par le biais d’interventions politiques et d’un meilleur accès à leurs droits juridiques. Lok Manch aide les membres de la communauté, dont 50 % de femmes, à devenir des organisateurs et des leaders. En regroupant leurs voix pour défendre leurs droits et leurs besoins, le forum est intervenu sur des enjeux comme les rations alimentaires, les droits fonciers, l’approvisionnement en eau et les salaires équitables pour les travailleuses des plantations de thé. 

Les 54 groupes d’entraide du HLDRC permettent aux femmes d’atteindre une stabilité financière et de devenir indépendantes. Chaque groupe fonctionne comme une caisse de microfinancement. Les membres versent de petites contributions mensuelles pour créer une réserve de capital à laquelle elles peuvent accéder en cas de besoin financier. Les groupes initient leurs membres à la gestion financière et leur présentent les institutions financières et les services gouvernementaux. Nombreuses sont celles qui empruntent pour créer de petites entreprises et améliorer le bien-être de leur famille et de leur communauté. 

Christina Soren s’est jointe à un groupe d’entraide en 2017. Elle a contracté un prêt auprès du groupe pour lancer une boutique de couture qui offre maintenant un service de photocopie, un rayon de papeterie, des téléphones portables et d’autres marchandises. Christina arrive désormais à faire vivre son ménage grâce aux revenus de la boutique. 

« Toutes ces initiatives aident les femmes à devenir autonomes », explique Nishita Lakra, coordonnatrice des groupes d’entraide du HLDRC. « Les membres des groupes d’entraide ont accès à des prêts bancaires et les femmes utilisent ces moyens pour surmonter leurs difficultés. »  

Un atelier communautaire pour promouvoir l’accès aux droits légaux et aux mécanismes de protection (pré-COVID-19). Crédit : HLDRC

« Dans les collines de Darjeeling, en particulier, les femmes se sont levées et se sont prises en main », ajoute Prerna, agente de développement communautaire qui travaille à Hayden Hall depuis 16 ans. « Les hommes aussi ont appuyé l’égalité : ils ont compris que pour faire évoluer la société, le développement des femmes est aussi important que celui des hommes. Nous avons encore plusieurs échelons à gravir sur l’échelle du développement, mais au moins, nous avons amorcé le changement. »  

L’égalité des sexes a progressé au cours des dernières décennies. Plus de filles vont à l’école, moins de petites filles sont contraintes de se marier et des mouvements populaires attirent l’attention sur le sexisme, le harcèlement sexuel et d’autres problèmes rencontrés par les femmes et les filles. Il reste sans doute beaucoup à faire pour entraîner un changement sociétal durable et garantir le respect de la dignité de chaque fille et de chaque femme ; en Inde, le Hayden Hall Institute et le Human Life Development et le Research Centre contribuent à améliorer les choses, une femme à la fois. 

Cet article fait partie de notre tout nouveau magazine.

Abonnez-vous pour recevoir nos plus récents contenus.

 

Sorry! There is no Team Showcase saved under the ID '38587'. You need to cick the 'Save Showcase' button to actually save it before it can appear on the front end via your shortcode. Please read more about this here

Related Items of Interest

En réponse à la Lettre ouverte des employé-es mis-es à pied du Centre justice et foi
En réponse à la Lettre ouverte des employé-es mis-es à pied du Centre justice et foi
Nous ne pouvons pas rester silencieux !