Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Story

Dans la Province jésuite du Canada, nous voulons que notre façon de procéder s’inspire de l’approche ignatienne de l’accompagnement spirituel. C’est ce qu’ont discerné les responsables des apostolats et des communautés du pays et ce qui a été confirmé par la suite dans le document de planification apostolique de notre province, Pèlerins ensemble. L’accompagnement des autres est donc un modèle de notre présence apostolique même en dehors du cadre typique de l’accompagnement spirituel. C’est notre façon d’être en tant que province au sens large, notre façon d’entrer en relation avec les autres.

Cet article fait partie d’une série qui cherche à approfondir ce que cela signifie. Dans ce premier texte, nous nous penchons sur les valeurs, principes et autres éléments ignatiens à vivre. Dans d’autres textes, nous donnerons des exemples de groupes et d’organisations qui tentent d’incarner cette façon de procéder.

L’humilité, l’écoute, la mutualité de la rencontre, l’hospitalité et le cheminement posé et délibéré se retrouvent dans le modèle du discernement spirituel ignatien suggéré dans les annotations aux Exercices spirituels. La quinzième annotation, par exemple, nous rappelle de laisser le Créateur « se communiquer lui-même à l’âme fidèle ». Et le numéro 22 des Exercices spirituels nous incite à toujours « sauver la proposition du prochain » et à nous efforcer de voir le côté positif des remarques qu’on nous fait.

Cette façon d’écouter sans préjuger et condamner est fondamentale pour le dialogue social, culturel et interreligieux. Nous pouvons laisser l’autre nous guider, entrer par la porte qu’il préfère. Nous pouvons aider les autres à découvrir une orientation, mais nous ne savons pas à l’avance ce à quoi notre destination ressemblera à l’arrivée, car nous sommes aussi transformés par ceux que l’on accompagne. En résumé, ces formes de l’accompagnement spirituel dépendent de l’âge, des étapes, du vécu des gens, afin de les accompagner à partir de là où ils sont.

Bien comprendre l’accompagnement spirituel ignatien

« L’accompagnateur est comme l’aiguille d’une balance qui ne penche ni d’un côté ni de l’autre, car il faut laisser le Créateur agir immédiatement avec sa créature et la créature, avec son Créateur. C’est vraiment ce qui marque l’accompagnement spirituel ignatien », détaille le P. Mongeau. « Pour Ignace, c’est Dieu qui dirige; l’accompagnateur spirituel est plus un compagnon de route. Donc, quand on parle d’accompagner les autres comme un modèle de notre présence apostolique même à l’extérieur de l’accompagnement spirituel comme tel, c’est un peu ça qu’on vise. »

Le jésuite souligne aussi que dans la 22e annotation, Ignace veut qu’on entre dans une conversation en étant prédisposé à accueillir et interpréter positivement ce qu’on reçoit de l’autre. « Si ce n’est pas possible, on pose des questions pour essayer d’éclaircir. Si on a bien compris, mais que l’on pense qu’il y a peut-être quelque chose à suggérer, on suggère sans imposer. » C’est une manière d’entrer dans le dialogue avec une attitude positive pour découvrir le point de départ d’une relation qui peut s’approfondir.

De plus, dans ses Constitutions, Ignace décrit l’accompagnement que le supérieur offre aux jésuites de sa communauté comme une aide pour qu’ils redécouvrent leur propre agentivité, pour qu’ils trouvent leur propre voie/voix. « Trop souvent, explique le P. Mongeau, dans le contexte contemporain, les situations où les gens vivent leur enlèvent la capacité d’être des agents de leur propre bien-vivre. Dans la tradition ignatienne, on veut promouvoir chez les individus une vraie liberté intérieure, une capacité d’agir, la confiance qu’ils sont capables de prendre leurs propres décisions. »

Enfin, il ne faut pas oublier que ce travail d’écoute et de transformation est bidirectionnel, autant pour les individus que pour les oeuvres. En effet, souligne le P. Mongeau, « écouter de cette manière transforme notre manière d’être dans l’apostolat. »

Pèlerins ensemble: le modèle de la province

Le document de planification apostolique Pèlerins ensemble appelle explicitement les membres de notre province à suivre ce modèle. Comment cela s’exprime-t-il concrètement dans les relations des jésuites et des œuvres jésuites avec les gens au Canada ?

« Il n’y a pas d’accompagnement de la société canadienne dans l’abstrait », nuance le P. Gilles Mongeau, SJ. « On accompagne des personnes dans différentes situations. Par exemple, dans nos relations avec les peuples autochtones, ce sont nos partenaires autochtones qui prennent le leadership du dialogue, de la relation, de la démarche de réconciliation. On offre ce qu’on a, mais on ne dicte rien. »

 

Comment ces principes se traduisent-ils au quotidien ? Nous présenterons plusieurs exemples dans les articles de cette série.

Sorry! There is no Team Showcase saved under the ID '38587'. You need to cick the 'Save Showcase' button to actually save it before it can appear on the front end via your shortcode. Please read more about this here

Related Items of Interest

Nous ne pouvons pas rester silencieux !
Jeffrey S. Burwell, SJ, nommé prochain Provincial des Jésuites du Canada
Comment embrasser le changement et trouver notre voie : Leçons d’un scolastique jésuite